Soins et santé

Tout ce que vous devez savoir sur (la gestion de) la douleur pendant l’accouchement

Vous vous en doutez : mettre un enfant au monde, ça fait mal ! La douleur ressentie est différente pour chaque femme, mais les contractions ne sont jamais une partie de plaisir, surtout si elles sont conjuguées à un mal de dos... La douleur est trop intense pour vous ? Pas de panique, il existe des façons de l’atténuer.

L’utilité de la douleur

La douleur ressentie pendant un accouchement a une utilité précise, contrairement à ce que l’on pourrait croire. En effet, elle induit la production d’endorphines dans le corps, qui agissent comme des antidouleurs naturels. Plus vous serez détendue, plus votre corps produira facilement des endorphines. Nous vous conseillons ainsi de vous

préparer à l’accouchement en établissant un plan de naissance

 ou de miser sur des

exercices de yoga

 pour rester zen le jour J. Concoctez-vous aussi un environnement calme et apaisant, avec une lumière tamisée, un nombre restreint de personnes et peut-être aussi une musique douce et quelques bougies.


La gestion de la douleur à la maison et à l’hôpital : avec ou sans médicaments

Bon à savoir si vous avez choisi d’accoucher à l’hôpital : seul un anesthésiste peut administrer des médicaments antidouleurs. Étant donné que ces médicaments agissent aussi sur votre bébé par le biais du cordon ombilical, il convient de tenir encore plus le bébé à l’œil une fois la piqûre réalisée.


Si vous avez choisi d’accoucher à la maison avec l’aide d’un accoucheur, vous ne pourrez pas bénéficier de médicaments pour atténuer votre douleur. En revanche, vous pouvez opter pour des méthodes sans médicaments.


Gérer la douleur à la maison, sans médicaments

Il existe plusieurs façons de gérer la douleur dans le cas d’un accouchement à la maison. Les options disponibles dépendront de votre accoucheur. Parlez-en avec lui avant l’accouchement, par exemple dans le cadre de la rédaction de votre plan de naissance.

  • Injections d’eau stérilisée
    Ces injections sont réalisées dans le bas du dos, juste au-dessus des fesses. Elles diminuent la douleur dans le bas du dos pendant 1 à 2 heures, et peuvent être répétées autant de fois que vous le souhaitez.
  • Neurostimulation électrique transcutanée (TENS)
    Cet appareil envoie de petites décharges électriques dans le corps quand on appuie sur un bouton, par le biais d’électrodes. La sensation de picotements qu’il induit atténue l’intensité des contractions chez certaines femmes. D’autres estiment que ces petites décharges les déconcentrent.
  • Acupuncture et acupression
    Au moyen de petites aiguilles ou d’une pression à l’aide des mains ou des doigts, on peut stimuler des endroits spécifiques du corps, liés à des points de douleur.
  • Gaz hilarant
    Certains accoucheurs administrent du gaz hilarant pendant l’accouchement (un mélange de protoxyde d’azote et d’oxygène). N’hésitez pas à en demander si vous en ressentez le besoin. Ce gaz diminuera vos douleurs les plus fortes. Il peut être utilisé pendant la dilatation, mais pas pendant la poussée. On l’administre via un masque pendant une contraction, avant de retirer le masque lorsque la contraction est terminée. À noter que le gaz hilarant peut aussi donner la nausée.

Gestion de la douleur à l’hôpital, avec des médicaments

Si vous avez choisi d’accoucher à l’hôpital, vous pouvez recourir aux médicaments pour atténuer votre douleur. Le personnel veillera à contrôler votre pression artérielle, votre rythme cardiaque et votre respiration tout au long de votre accouchement, de même que le rythme cardiaque de votre bébé. Voici les options de gestion de la douleur disponibles en hôpital :

  • Gaz hilarant
    Le gaz hilarant est un mélange de protoxyde d’azote et d’oxygène. Il agit rapidement pour atténuer la douleur. À noter que le gaz hilarant peut aussi donner la nausée. Il peut être utilisé pendant la dilatation, mais pas pendant la poussée.
  • Péridurale
    La péridurale consiste en une injection d’un cocktail d’antidouleurs, toujours réalisée par un anesthésiste. Tandis que vous faites un dos rond et que vous essayez de vous détendre au maximum, l’anesthésiste insère dans le bas de votre dos un petit tuyau, qui vous délivrera des antidouleurs tout au long de votre accouchement. Une péridurale n’endort que le ventre et les jambes. Avantage : vous restez totalement consciente, ce qui vous permet de suivre toutes les étapes de votre accouchement.
  • Perfusion d’antidouleurs
    Par le biais d’une perfusion dans votre bras, vous pouvez vous administrer vous-même des antidouleurs à l’aide d’une pompe. Vous gérez donc vous-même la quantité de médicaments qui arrive dans votre corps. La petite pompe sur laquelle vous devez pousser pour cela est conçue de telle sorte que vous ne puissiez jamais vous administrer une dose de médicaments trop importante.
  • Injections d’antidouleurs
    Vous pouvez aussi recevoir des antidouleurs par le biais d’une piqûre dans votre fesse ou votre cuisse. Ce médicament (généralement de la péthidine) ressemble à la morphine. Vous pouvez le demander si la venue au monde de votre bébé n’est pas encore prévue pour les 3 prochaines heures.

Curieuse de savoir ce qu'il se passe d'autre pendant votre grossesse?

En savoir plus sur Semaine 33

My Nutricia

Inscrivez-vous sur Nutrica Baby !

Nutricia Baby est un service gratuit qui vous accompagne avec des consignes adaptées à la phase de votre grossesse ou maternité.

Des questions sur votre alimentation ou celle de votre petit ?